Hernie discale : quand le disque ne tourne plus rond !

Avoir mal au dos peut être un signe important de la hernie discale. En définition, la hernie est une altération du disque entre deux vertèbres. L’anatomie du disque vertébral se représente par son enveloppe avec des parois fibreuses et rigides qui contiennent les moelles. Au fur du temps ou grâce à un traumatisme, la paroi la plus rigide peut se déchirer et laisser sortir les nerfs et les moelles épinières. Les symptômes d’une hernie discale se manifestent par une douleur intense qui se répand dans le dos puis dans les jambes.

Soulager la douleur

La guérison de la hernie se réalise après un mois et demi de traitement médical et entretenant quelques précautions. Le traitement débute par la mise en repos hernie discale sans prendre le danger pour le dos. Mais c’est interdit de coucher ou s’allonger plus d’un à deux jours, car cette habitude affaiblit les muscles du dos et rigidifie les articulations. De plus, l’application de glace locale sur l’apparition de la hernie peut réduire l’inflammation. Peu importe les douleurs lombaires, des médicaments comme les antalgiques, les anti-inflammatoires permettent de les soulager. On peut faire aussi le soulagement et soin naturel du dos avec l’aide des médecines douces.

Prévention : comment soigner ces disques ?

Quelques principes de base suffisent à préserver le dos car la hernie n’est pas fatale. Tout d’abord, il faut une bonne posture et une meilleure position. Redressez bien les épaules et le dos. Une activité physique régulière peut apaiser la douleur sciatique et lombaire et entretient la souplesse de la colonne vertébrale, précédée d’une douce et petite échauffement. C’est ainsi que vous obtenez des abdominaux et des dorsaux musclés. De plus, cela peut contribuer à perdre de poids qui peut faire du bien. Le vélo, la natation et la marche sont des sports qui peuvent être particulièrement bénéfiques pour le dos.

Traitement avec les corticoïdes

La manifestation de la hernie discale lombaire est insupportable alors que si les médicaments ne suffisent pas l’injection de corticoïde est prescrite pour les douleurs lombaires. Pour l’opération, le médecin anesthésie la zone enflammée du patient. Ensuite, il lance à injecter les corticoïdes. En générale, ce traitement est sous la surveillance d’un radiologue. Un repos de 48 heures est obligatoire pour que le traitement donne de bon résultat sur les patients. S’il est efficace, le malade peut ressentir le soulagement après quelques jours. Au contraire, s’il ne montre pas le signe d’efficacité, un second traitement peut être considéré. Et si les traitements médicaux et les corticoïdes ne sont pas satisfaisants, l’opération chirurgicale doit être envisagée en tout urgence.